Référencement naturel VS référencement payant

On entend souvent parler de référencement naturel et référencement payant, mais beaucoup de propriétaires de sites web confondent parfois ces deux concepts. Bien qu’ils soient utilisés pour améliorer la visibilité d’un site internet sur les moteurs de recherche, notamment Google, les techniques mises en œuvre pour atteindre cet objectif diffèrent largement. Tour d’horizon.

Le référencement naturel ou SEO

Également appelé Search Engine Optimization ou SEO, le référencement naturel désigne un ensemble de stratégies web permettant d’optimiser le positionnement d’un site web sur les résultats des moteurs de recherche (SERP). Lorsqu’un internaute effectue une recherche sur un moteur de recherche, il commence à taper un mot ou une expression clé en fonction de ses besoins. Une fois validé, il se retrouvera avec plusieurs résultats, généralement au nombre de 10.

Le classement de ces 10 sites web ne se fait pas au hasard, car les moteurs utilisent des algorithmes pour les faire apparaître dans leurs résultats par ordre de priorité en fonction de la qualité et la pertinence de chaque site internet. C’est là que le référencement naturel trouve toute son utilité. Les spécialistes en SEO utilisent différentes techniques pour pouvoir réussir à placer leurs sites dans les premiers résultats des SERPs, à savoir :

  • La création de contenus originaux : textuels, images, audiovisuels
  • L’optimisation technique du site : hiérarchisation, ergonomie, balises Méta Title et description…
  • La publication de liens : sur des forums, des commentaires de blogs, des sites référents, etc.
  • La gestion de réseaux sociaux : Facebook, Google+, Twitter, LinkedIn, Instagram…

Le référencement payant ou SEA

Le référencement payant ou Search Engine Adverstising consiste en l’achat aux enchères de mots ou expressions clés sur lesquels on souhaite positionner son site sur Google. Les résultats sont donc immédiats contrairement au SEO. Les enchères augmentent au fur et à mesure du nombre d’annonceurs qui achètent les mêmes mots ou expressions clés. Par ailleurs, il existe plusieurs modes de tarifications pour s’adapter aux besoins de chaque annonceur :

  • Le « Coût par Clic » ou CPC : l’annonceur paie au nombre de clic sur son lien
  • Le « Coût par Mille impressions » ou CPM : l’annonceur ne paie que le nombre d’affichages d’annonces graphiques sur le réseau Display de Google comme les vidéos, les applications…
  • Le « Coût par Acquisition » ou CPA : l’annonceur paie uniquement à chaque conversion

Tous ces liens payants sont visibles dans les SERPs classiques, mais ils sont mis en valeur par leur position et leur couleur de fond afin de mieux les reconnaître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *