Le marketing digital au profit des petites et moyennes entreprises

Aujourd’hui, le marketing digital prend une grande place dans la vie quotidienne des professionnels et des consommateurs. Encore appelé marketing électronique ou e-marketing, il peut se décrire comme un ensemble des actions marketing qu’une marque ou une compagnie effectue à travers les canaux numériques. Mais comment fait ce système pour être avantageux aux petites et moyennes entreprises ? Ci-après un zoom sur cette méthode.

 

Un aperçu sur le marketing digital

Le marketing digital concerne les méthodes marketing sur internet qui visent à communiquer de manière efficace avec les consommateurs. Ces actions englobent la communication en ligne via un site internet ou des réseaux sociaux. Elle sert à tisser des relations avec les clients existants et potentiels puis les inviter à faire une emplette ou une souscription à un abonnement.

Parmi les approches du marketing digital, il y a aussi la création du trafic, un élément indispensable pour générer des visites sur un site web. Celui-ci se fait grâce à la diffusion de publicité, à la réalisation d’un contenu de qualité ou encore à l’achat de liens sur d’autres sites.

L’usage du Big Data compte de même parmi les méthodes du marketing numérique. Il vise à prévoir les habitudes de consommation des clients et mieux singulariser les messages à leur adresser. L’optimisation de sites  n’est pas moins négligeable.

 

Les privilèges offerts par le marketing digital pour les PME

Les grandes entreprises ont souvent recours au marketing digital par rapport aux PME. Pourtant, ce système est aussi avantageux pour ces dernières. En effet, le fait d’utiliser le marketing numérique est nécessaire dans le marché concurrentiel. Il permet d’augmenter les ventes, de faire accroitre de nouvelles sources de revenus ainsi que de perfectionner la relation avec les clients. De ce fait, les PME peuvent se trouver sur un même pied d’égalité que les marques les plus célèbres. D’ailleurs les campagnes sur les réseaux sociaux peuvent se faire sans budget.

À part l’avantage concurrentiel, le marketing digital aide les petites et moyennes entreprises de mesurer précisément leurs performances. Ceci se fait par l’analyse du nombre et de la durée des visites leurs sites et le taux de conversion de ces consultations en achat.

À qui s’adresser pour créer une application mobile ?

La création d’une application mobile nécessite le recours à des professionnels. Il existe trois interlocuteurs majeurs : les agences web ; les développeurs indépendants ; et, pour finir, les éditeurs de solutions en ligne. Voici ce qu’il faut retenir sur ce sujet.

Les agences spécialisées pour la création d’application

Suite à la demande constamment croissante des professionnels de la conception d’application, il se crée de plus en plus d’agences web axées vers la création d’application. Ces dernières sont réputées pour être une excellente solution compte tenu de leur expertise ; de leurs multiples références ; et de leur organisation. Le client peut être accompagné dans la totalité des phases du projet par les agences qui lui proposeront un large éventail de compétences. Le désigner, le chef de projet et le développeur sont autant d’acteurs qui interviennent dans la création du site. C’est là tout l’intérêt de l’agence web : celui de pouvoir bénéficier d’un très large champ de talents différents. Cependant, il faut tout de même compter un investissement situé entre 10 000 et 15 000 € pour les applications complexes. Toutefois, le coût de l’opération descend à 3 000 € environ pour les applications standards.

Les développeurs indépendants

La plupart du temps, ces experts de la création d’application mobile ont déjà eu une expérience préalable dans une agence web. C’est pourquoi leur aide est intéressante. Pour un coût raisonnable, ces développeurs peuvent fournir de nombreuses compétences. Un développeur indépendant pourra, donc, centraliser les opérations de codage informatique et de création graphique de l’application. Mais il ne faudra pas compter que sur le développeur qui n’a pas forcément toutes les compétences requises pour la conception et le développement des applications mobiles. Le principal avantage du recours à un développeur indépendant est, pour ainsi dire, un coût moindre qu’auprès d’une agence, malgré des performances similaires.

Les solutions en ligne

Aujourd’hui, la plupart des sites Internet proposent de créer sa propre application mobile en toute autonomie. Ce sont des solutions en ligne très complètes à multiples options comme : la possibilité d’ajouter des bannières publicitaires afin de financer l’application ; différentes phases de test prépublication ; des contenus annexes insérés tels que les réseaux sociaux pour les options partage ; etc. Les solutions en ligne permettent de maîtriser l’ensemble du projet tout en restant indépendant et en bénéficiant d’une réduction non négligeable des coûts par rapport au recours d’une agence ou d’un développeur indépendant. Par contre, il y aura moins de rendus sur la personnalisation étant donné que les designs sont communs à beaucoup d’applications.

Créer son application mobile est facile grâce à l’aide des différents intervenants possibles spécialisés à cet effet.

Référencement naturel VS référencement payant

On entend souvent parler de référencement naturel et référencement payant, mais beaucoup de propriétaires de sites web confondent parfois ces deux concepts. Bien qu’ils soient utilisés pour améliorer la visibilité d’un site internet sur les moteurs de recherche, notamment Google, les techniques mises en œuvre pour atteindre cet objectif diffèrent largement. Tour d’horizon.

Le référencement naturel ou SEO

Également appelé Search Engine Optimization ou SEO, le référencement naturel désigne un ensemble de stratégies web permettant d’optimiser le positionnement d’un site web sur les résultats des moteurs de recherche (SERP). Lorsqu’un internaute effectue une recherche sur un moteur de recherche, il commence à taper un mot ou une expression clé en fonction de ses besoins. Une fois validé, il se retrouvera avec plusieurs résultats, généralement au nombre de 10.

Le classement de ces 10 sites web ne se fait pas au hasard, car les moteurs utilisent des algorithmes pour les faire apparaître dans leurs résultats par ordre de priorité en fonction de la qualité et la pertinence de chaque site internet. C’est là que le référencement naturel trouve toute son utilité. Les spécialistes en SEO utilisent différentes techniques pour pouvoir réussir à placer leurs sites dans les premiers résultats des SERPs, à savoir :

  • La création de contenus originaux : textuels, images, audiovisuels
  • L’optimisation technique du site : hiérarchisation, ergonomie, balises Méta Title et description…
  • La publication de liens : sur des forums, des commentaires de blogs, des sites référents, etc.
  • La gestion de réseaux sociaux : Facebook, Google+, Twitter, LinkedIn, Instagram…

Le référencement payant ou SEA

Le référencement payant ou Search Engine Adverstising consiste en l’achat aux enchères de mots ou expressions clés sur lesquels on souhaite positionner son site sur Google. Les résultats sont donc immédiats contrairement au SEO. Les enchères augmentent au fur et à mesure du nombre d’annonceurs qui achètent les mêmes mots ou expressions clés. Par ailleurs, il existe plusieurs modes de tarifications pour s’adapter aux besoins de chaque annonceur :

  • Le « Coût par Clic » ou CPC : l’annonceur paie au nombre de clic sur son lien
  • Le « Coût par Mille impressions » ou CPM : l’annonceur ne paie que le nombre d’affichages d’annonces graphiques sur le réseau Display de Google comme les vidéos, les applications…
  • Le « Coût par Acquisition » ou CPA : l’annonceur paie uniquement à chaque conversion

Tous ces liens payants sont visibles dans les SERPs classiques, mais ils sont mis en valeur par leur position et leur couleur de fond afin de mieux les reconnaître.

Pourquoi est-il important de référencer un site Web ?

Le référencement est un enjeu majeur pour une entreprise qui souhaite se faire connaitre au travers de son site web, quelle que soit sa taille et son activité. En effet, c’est cela même qui la rendra visible aux yeux et aux clics des Internautes et ainsi lui permettra de séduire de nouveaux clients. Et aujourd’hui, on le sait, pour promouvoir son activité, son entreprise il indispensable de développer un site web.

Le site Internet est telle la vitrine d’un magasin. Elle doit être alléchante pour donner l’envie d’entrer, de visiter, de rester un moment et surtout d’y revenir régulièrement. Et une vitrine au fond d’une impasse difficilement accessible n’a aucune chance d’attirer du monde car il faut être vu pour être visité !

Et le référencement naturel jouera le rôle de GPS car s’il est bien fait, il guidera l’Internaute rapidement à votre site en favorisant votre visibilité et pourrait même vous octroyer une place de choix sur la plus belle avenue, le top 5 de la première page.

Imaginez donc, les sites présents en première page de Google génèrent plus de 90% de clics, la seconde, près de 5%, la troisième est proche de 1% et les autres peu ou pas de visites.

Le référencement naturel c’est quoi ?

Il faut distinguer le référencement naturel du référencement payant. Afin d’avoir une position favorable dans les moteurs de recherche en réponse à la requête des internautes, il faut impérativement travailler le référencement naturel (appelé SEO pour Search Engine Optimization).

Le référencement est un ensemble de méthodes qui permet d’être visible dans les moteurs de recherche et ainsi de générer du trafic. Les robots des moteurs de recherche inspectent les sites, et selon de très nombreux algorithmes, évaluent sa pertinence dans sa forme (structure, codes…) et dans son fond (contenu) pour le suggérer en réponse à une requête basée sur des mots clefs. Si les sites n’étaient suggérés que pas mots clefs ce serait à la fois trop simple et trop compliqué. C’est pourquoi, de nombreux autres critères techniques et rédactionnelles sont pris en compte (rapidité d’affichage, taux rebond, duplication de contenu, lisibilité des pages, liens externes…).

Une erreur à ne pas commettre, mais néanmoins courante, est de ne pas intégrer le SEO dès le départ et le penser et le mettre en œuvre une fois le site terminé. Non ! le référencement doit être inclus dans le projet et déployé au fur et à mesure de de la conception du site, sans quoi vous pourriez avoir à reprendre tout ou partie du travail.

Vous comprenez tout l’intérêt d’être référencé. Vous avez investi du temps, de l’argent dans votre site, il est beau, il est parfait, mais s’il n’est pas vu, son utilité est réduite à néant.

 

Comment tenir un blog professionnel

Parce qu’il s’agit de votre carte de visite, de votre vitrine virtuelle, votre blog professionnel doit faire l’objet d’un traitement particulier. Pour faire vivre et rentabiliser ce précieux outil, il n’y a pas de secret, il faut persévérer tout en se prémunissant des outils adéquats. Ainsi, un questionnement en amont doit absolument avoir lieu. Cela doit se faire avant même la création de votre blog. De cette phase de réflexion découleront plusieurs concepts qui détermineront l’identité de votre blog, démarrera ensuite l’entretien de votre page. Prenez connaissance des essentiels pour une tenue optimale de votre blog professionnel.

Mettez en place une équipe pointilleuse

Plus que les blogs personnels, les blogs pro présentent de très gros enjeux. En effet, la réussite de ces outils communicationnels est étroitement liée au succès de l’entreprise elle-même. Il s’agit d’un élément crucial dans la fabrication de l’image de marque d’une boite, il est donc, assez compréhensible que le blog bénéficie de l’attention de toute une équipe. Des professionnels en la matière estiment même que le pool de gestionnaire d’un blog professionnel devrait être essentiellement composé d’experts. Afin d’accroitre votre notoriété, il est essentiel d’offrir à votre lectorat un certain niveau de publications. En effet, la concurrence est rude dans ce domaine. Vous rencontrerez autant de pages traitant du même sujet que vous et il y a de fortes chances que celles-ci s’avèrent plus performantes que vous. Aussi, il faudra à chaque membre de l’équipe, accorder autant de temps qu’il faut pour la rédaction d’un article pointilleux avant de l’afficher sur la page. D’après Yann Gouvernnec, expert en webmarketing, le temps dédié à chaque production doit varier entre 2 à 4 heures en fonction de l’envergure du projet.

Professionnel et non ennuyeux

Rappelez-vous que le blog est un outil destiné à vous rapprocher de vos prospects. Contrairement à votre site web, votre blog doit arborer un visage plus humain, plus compatissant et interagir avec vos cibles. Se mettant au même niveau que ces derniers afin de mieux leur communiquer sur ce que vous avez à leur offrir et de s’enquérir de leurs attentes. Malgré cela, il ne faut pas perdre de vue l’objectif premier de votre page. Etant donné la nature de votre blog, le langage professionnel et la rigueur y afférant sont de mise. Cependant, ne versez pas dans un discours trop rigide qui risque de « gaver » vos lecteurs plus qu’autre chose. En effet, cela retiendra plus l’attention de vos lecteurs si vos articles arboraient un style plus explicatif. Certes, dans un site vitrine vous n’aurez pas la chance de donner des détails sur vos produits, le blog est l’endroit idéal pour se rattraper sur cet aspect. Aussi est-il important de savoir varier les longueurs et les genres de productions. Un blog doit contenir aussi bien des articles, de différentes longueurs, que des images et des vidéos.

Tenir efficacement un blog professionnel tient d’une volonté à se fondre dans l’univers des clients. Cette tâche relève, de ce fait, d’une capacité à marier rigueur et créativité. Aussi, pour fonctionner et atteindre vos objectifs, votre blog professionnel doit revêtir un dynamisme et une compétitivité à toutes épreuves. N’oubliez pas, un blog qui dort est un blog voué à la mort.

Comment faire de la publicité pour son application mobile

Faire connaitre son application mobile est très important étant donné que votre application doit avoir une certaine notoriété afin de générer beaucoup téléchargement.

Comment faire la promotion de son application mobile

Pour bien promouvoir son application vous pouvez passer par le référencement naturel appliqué à votre page de téléchargement par les réseaux. Vous pouvez aussi utiliser un blog comme moyen de promotion de votre application mobile, les communiqués, les campagnes de message marketing ou d’emailing.

Il faut impérativement penser à la promotion de votre application mobile afin qu’il soit connu et utilisé car le but  de votre application mobile reste le téléchargement et l’utilisation. Notez que le référencement naturel de votre application doit être effectué auprès d’un store. Cela consiste à faciliter l’utilisation dans la recherche. Il faut donc maximiser le référencement car une étape très importante pour la promotion de votre application.

Ne pas négliger le contenu de l’application

Cependant, il ne faut pas oublier que pour un bon référencement de votre application mobile, il faut bien travailler les mots clés dans votre titre et aussi sur la description. Il faut éviter d’utiliser les mêmes mots clés dans le titre et la description. Vous devez donc avoir une bonne stratégie, être astucieux afin que votre application puisse sortir du lot car la concurrence est rude. Décrivez avec précision votre application.

Il ne faut pas aussi oublier que des actions marketing sont à prévoir pour une promotion durable. N’hésitez pas à utiliser vos leviers propriétaires, suggérez à vos contacts de télécharger l’application avec une page prè-roll qui s’affiche sur votre site web mobile. Il est également possible avec l’e-mailling car il est possible d’afficher au sein de vos mails une bannière personnalisée en fonction du terminal mobile.

Le plus simple mais efficace pour la promotion de votre application mobile d’utiliser les sites corporate, les medias sociaux et votre blog, ou de travailler avec une agence web.

Pour la promotion de votre application vous pouvez aussi créer un site, cela vous permettra de gagner en popularité. Il ya aussi le teaser qui peut être très efficace, il suffit juste de faire une courte vidéo pour parler de votre application mobile. Ensuite vous pourrez l’ouvrir au téléchargement à quelques personnes et attendre les réactions  des premiers utilisateurs avant de lancer votre application au grand public.

En utilisant cette méthode votre  application aura une bonne notoriété à son lancement et pour très longtemps. Si vous en avez les moyens aussi vous pouvez aller vers la presse et parler de votre application avec des journalistes spécialisés.

 

Un lycée qui apprend tout sur le monde agricole à ses élèves

Le domaine agricole offre de multiples possibilités et pas seulement celle de participer au jeu télévisé « les douze coups de midi » qui a fait connaître Timothée. Ce jeune homme de 24 ans, étudiant dans ce secteur et qui est aujourd’hui, à la tête de plus de 270 000 €, grâce à ses nombreuses et multiples connaissances rêve de reprendre l’exploitation agricole de ses parents. 

Un monde professionnel basé sur l’agriculture

Non, le monde de l’agriculture ne tient pas qu’à une émission, mais peut ouvrir des portes vers des horizons plutôt professionnels. En effet, les écoles spécialisées proposent diverses formations pour accéder à un métier d’avenir

Il est compliqué pour les jeunes de s’orienter après la 3ème, mais ce secteur laisse de nombreuses opportunités d’emplois, ce qui intéresse donc de plus en plus de jeunes. Il est utile de savoir que le domaine agricole a bien évolué ces derniers temps, ce qui attire donc un certain nombre d’élèves passionnés par l’agriculture, mais aussi par l’automatisation et par les engins agricoles comme les tracteurs, les moissonneuses-batteuses et autres. 

Un contrat de travail qui mène à une expérience professionnelle

Le CAP agricole offre de nombreuses connaissances et de bonnes qualifications pour exercer un métier passionnant. Il est possible de passer ce diplôme en contrat d’apprentissage pour ceux, désireux d’apprendre un métier tout en étant rémunéré. Cette expérience professionnelle significative sera un atout majeur pour entrer ensuite dans la vie active. 

En effet, à la fin des deux ans de contrat, l’élève sera autonome et apte à travailler, ce que la plupart des employeurs recherche. Ce contrat de travail est assez difficile à suivre car il faut allier études et expérience professionnelle, mais de nombreux étudiants arrivent à trouver leur rythme en peu de temps. 

Il est possible de se perfectionner en poursuivant un diplôme

Après un CAP, il est possible de continuer vers un Bac Pro Conduite et Gestion de l’Exploitation Agricole, le Bac Pro Agroéquipement ou le BP Responsable d’Exploitation. Ces voies scolaires apportent de meilleures qualifications pour exercer dans ce secteur d’activité. 

Grâce aux divers enseignements dirigés par des professionnels expérimentés, les techniques agricoles et les savoirs faire techniques seront acquis à la fin des études. 

Quoiqu’il en soit, chaque élève ou étudiant, bénéficiera d’avantages certains en poursuivant leurs diplômes dans une école adaptée en fonction de leur demande et de leur avenir professionnel

Travailler pour ou sur Internet

Sur la toile se sont développés des sites en tous genres. Ce gigantesque marché mondial a aussi ses exigences. Et comme tout marché, il a besoin de compétences et de compétences spécifiques.

Aussi, de nombreux métiers nouveaux ont émergé ces dernières décennies.

Inconnus, mal connus, ils ne sont pas toujours correctement perçus du grand public ou des parents dont leur progéniture se voit faire carrière.

Ils se répartissent dans différents domaines et comme à l’instar d’une toile, certains se croisent et se recoupent dans les différents secteurs d’activité.

Des métiers en communication et marketing

  • Des consultants : en SMO, en référencement payant, en Web Analytique
  • Des gestionnaires dédiés aux media sociaux
  • Des acheteurs d’espaces publicitaires web
  • Des Community Manager
  • Des assistants vidéoludique
  • Des chargés de communication Web ou des relations publiques digitales
  • Des Chefs de projet e-CRM

Prenons l’Assistant Vidéoludique, qu’est-ce que c’est ? C’est une personne en charge de la veille des nouveaux jeux déployés pour les découvrir, les comprendre et pouvoir en mesurer l’impact sur le public.

Des métiers de programmation et développement

  • Des architectes Web
  • Des développeurs Flash, multimédia, Web ou Web Mobile
  • Des directeurs de produit Internet
  • Des gestionnaires de base de données
  • Des intégrateurs Web
  • Des Webdesigners

Par exemple, un architecte Web, un peu de la même façon qu’un architecte classique, est capable de créer et faire évoluer le schéma d’un site Internet ou d’une application.

Des métiers de production et de gestion de contenu

  • Des Community Manager
  • Des architectes de l’information
  • Des chargés de production vidéo
  • Des consultants en référencement payant, en SMO
  • Des documentalistes
  • Des gestionnaires de bases de données, de documents audiovisuels, de médias sociaux
  • Des illustrateurs 3D
  • Des journalistes en ligne
  • Des Knowledge managers

Les différentes formes de hacking

Le hacking informatique n’est pas uniquement cette menace qui pèse sur chacun de nos ordinateurs et que nous redoutons. Un peu comme dans un western, il y a les gentils et les méchants.

Le hacking c’est quoi ?

Tout d’abord, rappelons-nous que le hacking n’est pas seulement réservé au monde de l’informatique même si c’est celui-ci dont on entend constamment parler. Il se décline en version électronique, marketing ou s’inscrit dans la vie courante. Le but est de détourner un objet, un système de son but initial.

En informatique, le hacking ressemble à une dissection : c’est décortiquer un système pour lui faire faire quelque chose d’autre que ce à quoi il était initialement destiné.

Croyez-vous que le hacking c’est mal ? Il peut l’être en effet mais le hacking légal existe, sans quoi, par exemple, Internet n’aurait jamais vu le jour. Mais qui fait parler le plus, celui qui travaille gentiment ou celui qui est un méchant pirate ? Le second évidemment ! D’où la généralisation de la connotation négative au grand dam des experts informatiques.

Bien sûr l’envers du décor c’est le hacking illégal qui, lui, est malveillant.

Et au milieu de la scène, il y a le gentil hackeur mais qui ne respecte pas toutes les règles. Ainsi, les hackeurs se voient coiffés de différents chapeaux, « hat » en anglais.

Le « white hat hacker »

Lui, c’est un gentil expert informatique. Ce qu’il fait est légal et n’a aucun but maléfique, au contraire, son but et d’informer et permettre de renforcer les failles.

Pour combattre la menace, il doit la connaitre et donc avoir autant de connaissances sinon plus que les mauvais hackeurs. C’est le Jedi de la cybercriminalité.

Le « black hat hacker »

Lui, c’est le méchant vous l’aurez sûrement compris. Il entre là où il n’est ni invité, ni autorisé à pénétrer. Peu importante les conséquences, seules ses motivations comptent. Et comme le gentil, son niveau d’expertise informatique est élevé, sans quoi il ne pourrait pas déjouer des systèmes hautement sécurisés.

Son but est mal intentionné, s’emparer de de données et d’informations, pirater des comptes et généralement à des fins pécuniaires.

Le « Grey Hat Hacker »

Celui-ci est un peu le Docteur Jekyll and Mr. Hyde du hacking. Il a des bonnes pratiques mais se laissent aller à de mauvaises actions. Quand il s’amuse à pénétrer illégalement un système de façon parfaitement illégale sans pour autant y commettre des actes de piratage, il est un criminel. Il oublie que même sans actes malveillants et en prévenant simplement les propriétaires des failles en les narguant ou les défiant, c’est interdit. Généralement son but est de tester ses limites, les repousser et se mesurer ainsi aux experts qui ont sécurisé l’endroit.

La cybercriminalité a ses entrées au code pénal et les peines peuvent être lourdes. Alors, pourvu que les experts ne troquent pas leur chapeau blanc.

Les nouveaux réseaux sociaux en 2017

La technologie ne cesse de s’améliorer et les réseaux sociaux de renom ne perdent pas l’occasion de lancer de nouvelles fonctionnalités et de nouvelles tendances pour démarrer l’année 2017. Toujours en quête de satisfactions et de facilité d’usage pour les utilisateurs, nous allons voir pour cette année ce que les réseaux sociaux nous réservent.

Le VR ou réalité virtuelle en avant…

La réalité virtuelle sera un point sur lequel les réseaux sociaux se pencheront cette année. Facebook s’envole avec son casque Oculus Rift, si Snapchat a lancé ses lunettes connectées pour de fameux Spectacles très bientôt. Twitter, qui connaît une importante baisse de succès ces derniers temps, s’attaque aussi dans cette histoire immersive en engageant un directeur de VR-AR. Bien que les utilisateurs ne soient pas encore tous équipés, cela n’empêche pas aux réseaux sociaux de susciter leur envie d’utiliser cette nouvelle fonctionnalité très innovante.

Le succès des vidéos et livestreaming 360°

Depuis quelques temps, le livestreaming et les vidéos 360° ont attirés pas mal d’utilisateurs. Facebook a déjà proposé ce service il y a pas mal de temps, mais cette année, attendez-vous à le découvrir sur n’importe quel réseau social. D’ailleurs pour cette année, ces vidéos seront monétisées. Pour l’instant, les nouveaux filtres Snapchat connaissent leur succès, raison pour laquelle Facebook a également lancé ses masques pour selfies.

Les chatbots

Pour maximiser et faciliter la fonctionnalité relation client, les chatbots ont été mis en place récemment. Mais cette année, les réseaux sociaux s’y mettront tous pour une performance pertinente permettant la communication entre les marques et les utilisateurs avec une disponibilité très avantageuse. Un avènement qui évitera donc les longues attentes avant que l’opérateur ne réponde à l’appel. C’est donc une technique très efficace, réactive et très intelligente grâce aux réponses automatiques qu’elle offre aux clients.

Des réseaux sociaux en cours de lancement

Si on connaît tous Facebook, Messenger, Linkedin, Twitter ou Pinerest ; Tumblr aura-t-il sa place cette année avec de nouvelles fonctionnalités mobiles qui faciliteront les échanges ? Medium, jugé trop anglophone pour les utilisateurs a aussi un avenir brillant probable ou encore Peach…